Modifier votre préférence linguistique et géographique

Belgique - (Français)
Belgique - (Néerlandais) Belgique - (Français) Luxembourg - (Français) Luxembourg - (Néerlandais) Luxembourg - (Anglais)
Confirmez

Actualités Delen

Le golf fait partie de l’ADN Delen

29 mai 2019 | Actualités Delen

Le 31 mars, Paul De Winter a passé le flambeau en tant que CEO à René Havaux. Paul demeure membre du Comité de direction et continuera de partager son expertise avec ses collègues au cours de la période à venir. « La Banque a connu une croissance constante au cours des cinq dernières années », déclare-t-il. «Nous suivons une tendance opposée à celle des grandes banques. Lorsque j’ai commencé comme CEO, la Banque comptait six sièges. Quatre autres ont suivi et, dans le courant de cette année, nous en inaugurerons un 11e à Waterloo. »

D’où vient cette tendance à ouvrir plus de sièges ?

Nous voulons toujours être proches de nos clients. De cette façon, nous pouvons leur offrir un service personnalisé. Après tout, le calme et le confort sont essentiels pour le bon déroulement d'un entretien en toute confiance. Auparavant, un client originaire de la Campine devait se rendre au bureau d’Anvers. S’il avait un rendez-vous à 9 heures du matin, cela représenterait un réel défi. Maintenant, il a la possibilité de partir à une heure convenable le matin et d’arriver à notre bureau à Westerlo sans stress. Vous vous concentrez aussi beaucoup sur le numérique.

Comment combinez-vous ces deux aspects ?

La technologie est un outil nous permettant d’assurer la sécurité, l’efficacité et la personnalisation de nos services. Ce n’est donc pas un but en soi. Aujourd’hui, la numérisation est un fait. Nous sommes passés de 20 à 100 informaticiens, nous avons développé notre propre application, ainsi que notre plateforme en ligne, donnant aux clients une vision globale de leur portefeuille. Cette évolution technologique nous permet de libérer plus de temps pour une conversation personnelle à forte valeur ajoutée. On va plus facilement à l’essentiel.

 

Paul De Winter

Quel est le meilleur conseil d’investissement que vous ayez entendu ?

Devenir client chez nous (rires). Je suis au courant de ce qui se passe dans les coulisses, je connais l’éthique, les valeurs et les normes. J’aimerais être moi-même client ici. En tant que client, on est libéré de tous les soucis et on reçoit une réponse durable à toute question. Alors, au lieu de vous concentrer sur une action en particulier, adressez-vous à nous.

Et le pire conseil d’investissement que vous ayez entendu ?

Investir dans des produits complexes, dont on ne connaît pas le contenu exact et dont on ne peut estimer le risque. Les phénomènes populaires tels que les bitcoins ne sont également pas pour nous. « Keep it simple » est notre devise.

Pourquoi sponsorisez-vous le Belgian Knockout ?

Le golf est dans l’ADN de Delen Private Bank et j'en suis moi-même un véritable amateur. Nous avons organisé notre premier tournoi pour les clients en 1992 et aujourd’hui nous en avons une quinzaine dans tout le pays. Lorsque nous avons entendu parler du Belgian Knockout, notre enthousiasme s'est réveillé. Il y a en outre un parallèle avec l’investissement : c'est un acte d’équilibre bien réfléchi. Il suffit de regarder la mauvaise période boursière de l’automne dernier. La situation s’est depuis beaucoup améliorée. Au golf, c’est également le cas. On peut jouer une mauvaise balle de temps en temps, mais sur 18 trous cela se compense. Notre partenariat avec Pieters et Detry est une histoire personnelle. Je les ai suivis depuis le début de leur carrière. C’était un investissement à long terme. Nous sommes contents des résultats qu’ils ont obtenus entre-temps.

Quel a été, selon vous, le plus beau moment du Belgian Knockout l’an dernier ?

Le samedi, Pieters et Detry ont été éliminés tôt dans le match. Colsaerts était cependant en forme et ce fut un plaisir de le voir, à un moment décisif, faire un « eagle » sur le 14e ou le 15e trou, et cela devant 2 000 compatriotes enthousiastes.

Quel est le terrain de golf que vous préférez vous-même ?

Je joue au golf depuis 30 ans et pour moi et ma famille, le golf est devenu plus qu’un simple passe-temps. Nous organisons régulièrement des vacances en famille dédiées au golf. Il y a 10 ans, nous sommes allés pour la première fois à Waterville, en Irlande, sur la côte atlantique. Le temps y est généralement meilleur qu’on ne le pense. C’est un parcours merveilleux. On y joue en continu entre la mer, la montagne et les paysages naturels. Je recommande fortement !

 
 
Belgique - (Français)
Belgique - (Néerlandais) Belgique - (Français) Luxembourg - (Français) Luxembourg - (Néerlandais) Luxembourg - (Anglais)